P. 5. Panneau 9

Publié le par Jean-Emile Andreux

Panneau 9 : Recherches après guerre.

(Service des Victimes de la Guerre, Bx)

 

Le dernier panneau témoigne des tentatives désespérées lancées après guerre, et pendant de longues années, pour tenter de retrouver la trace de déportés des Mazures disparus ensuite dans l’abomination de la Shoah.

En témoigne cet avis de recherche rédigé sur papier journal par l’épouse de Jonas HAKKER. A son propos, elle précise que les dernières nouvelles reçues de son mari dataient du 4.1.1943 depuis (van den) Les Mazures (camp = kamp) dans les Ardennes (France = Frankijk).

Jonas HAKKER était né à Amsterdam, Hollande, le 8 décembre 1909 (ou avril 1912). Travail forcé aux Mazures : Vaisset et Viot (entreprise de Revin).

A la fermeture du Judenlager, transféré à Drancy, n° 10 940. Convoi 66 pour Auschwitz où il disparaît.


Témoignage de Josaphat Papierbuch :

 

"En 1945, j’avais donc 6 ans. Ma mémoire est alors plus claire. Je me revois, ma mère me tenant par la main, à la gare d’Anvers. Jour après jour. Nous sommes à l’arrivée des convois de tous ces gens en provenance de l’Est.

 

Parfois, ma mère reconnaissait un visage. Alors, elle interrogeait :

 

- « Mon mari, Nachman, l’avez-vous vu ? »

 

Et quand la réponse était positive, l’espoir renaissait pour quelques temps. Mais en vain, puisqu’il n’est jamais revenu. »

(A l'auteur, sept. 2005)

 



Publié dans Exposition

Commenter cet article