P. 24. Négationnistes de tous pays...

Publié le par Jean-Emile Andreux

Les génocides et leurs cortèges de négationnistes...

Le judéocide est accompagné d'une face noire (et/ou brune). A savoir que dans son élaboration puis lors de son implaccable et insupportable application, les nazis veillèrent à ne pas laisser de traces de la Shoah ou du moins, à tenter de les effacer scrupuleusement.

D'où les borborygmes des négationnistes qui en toute connaissance de cause, se décarcassent à prolonger cette politique de "solution finale". Elle qui nia aux Juifs leur dignité de femmes et d'hommes pour mieux tenter de les "supprimer" de l'espèce humaine. Si malgré les efforts industriels des nazis, tous les Juifs ne finirent pas en cendres et en lumières, du moins les négationnistes s'obstinent-ils à continuer à insulter la mémoire des victimes de la Shoah.

Mais avant sa démission de la Présidence de l'Union des Déportés juifs de Belgique, Simon Gronowski, l'enfant évadé du convoi XX, avait souligné l'importance de ne pas oublier les autres génocides du XXe siècle. A commencer par les Tziganes eux aussi emmenés sans retour à Auschwitz. Mais aussi les Arméniens et les Tutsi.

Malheureusement, ces génocides-là nourrissent eux aussi des parasites négationnistes. L'actualité immédiate le rappelle et interpelle.

 

1994 : génocide des Tutsi au Rwanda.

 

Ce jeudi 16 mars 2006, le Centre Communautaire Laïc Juif de Bruxelles organisait la première de la projection du film « Rwanda, les collines parlent » de Bernard Bellefroid.

Dans un communiqué de presse, le CCLJ dénonce très justement des négationnistes du génocide des Tutsi du Rwanda qui, à cette occasion, ont troublé l’ordre dans l’auditorium et ont menacé les rescapés ayant suivi la projection.

- "D’emblée, quatre personnes se sont succédé (au micro ouvert au public) pour tenir des propos négationnistes en affirmant qu’il n’y avait pas eu un génocide des Tutsi en 1994 et que, bien au contraire, ce sont les Hutu qui ont été massacrés par les Tutsi dans une guerre menée de l’extérieur par le FPR.

Ils sont retournés à leurs places, mais ils ont continué à huer les orateurs.

Ensuite, ils ont menacé et nargué des rescapés Tutsi qui étaient assis calmement dans la salle pour suivre le débat. Un de ces négationnistes, s’adressant à Emmanuel Gatera, président de la section bruxelloise de l’association IBUKA, l’a menacé - en exécutant le geste de trancher la gorge - en kinyarwanda : "Ton tour de mourir est proche et tôt ou tard nous aurons ta peau !".

Le C CLJ condamne avec la plus grande fermeté les propos négationnistes de ces individus. Ces attaques, qui ravissent aux Tutsi la dignité de la mémoire de leurs morts, est une atteinte inadmissible à leurs souffrances. Elles relèvent, dans un pays démocratique tel que le nôtre, de la répression antiraciste. Le CCLJ qui soutiendra toute initiative en ce sens, rappelle, à cette occasion, qu’il est en faveur de la pénalisation de la négation des génocides des Arméniens et des Tutsi du Rwanda."

 

Janvier 1915 - Juillet 1916 : génocide des Arméniens par l'Etat Turc.

 

Samedi 18 mars, Lyon servait de cadre, avec l'autorisation en bonne et due forme de la Préfecture du Rhône, à une manifestation "franco-turque" s'opposant à un projet de mémorial du génocide arménien dans l'ancienne capitale de la Résistance. Des pancartes brandies à cette occasion précisaientt : "Nous sommes fiers de notre passé" et "Non au mémorial d'un prétendu génocide" !!!

Cette manifestation démarra de la place Bellecour alors qu'y prenait fin un cortège anti-CPE comme la France en connut de nombreux ce jour d'opposition au CPE de Villepin.

Libération relate ainsi l'inévitable confrontation :

- "Les premières pancartes turques ont soudé étudiants et salariés aux côtés d'Arméniens venus protester. «Il n'y a jamais eu de génocide arménien», lisait-on.

«Négationnistes! Nous sommes tous des Arméniens!», ont répliqué les contre-manifestants.

Les drapeaux rouges turcs étaient trois à quatre mille, rejoints par des retardataires qui regagnaient le centre de la place sous les huées :

«Fascistes!», «Un million cinq cent mille morts, t'as pas honte ?»...

Ce sont les anti-CPE qui, bien évidemment, ont été l'objet des attentions policières : gaz lacrymogènes et charges musclées. Les menteurs et falsificateurs du génocide arménien ont compté les coups...

A noter qu'une manifestation s'est tenue à la même date en Allemagne, toujours pour tenter d'effacer une vérité historique aussi sanglante qu'évidente et toujours sous les plis de drapeaux turcs. Mais là pas de pancartes semblables à celles de Lyon. Car outre-Rhin, la loi interdit de nier ainsi le génocide arménien !

 

 

Publié dans Négateurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article