P. 89. Le tri de la nuit des 23-24 octobre 1942 aux Mazures

Publié le par Jean-Emile Andreux

Les Mazures, Judenlager antichambre d'Auschwitz

 

Trois datent ponctuent l'histoire du Judenlager des Mazures :

- 18 juillet 1942, arrivée des déportés juifs d'Anvers et début de la construction de leur camp.

- Nuit du 23-24 octobre 1942, un appel surprend dans leur sommeil les travailleurs forcés qui sont séparés en deux groupes : selon des critères fixés en fonction des accords passés entre le général SS Eegert Reeder, chef de l'administration militaire à Bruxelles, et le major SS Ernst Ehlers, délégué du Sicherheintsdienst pour les Juifs de Belgique. Dès le 25 septembre, le premier avait donné son feu vert pour que des convois de Belgique vers Auschwitz soient complétés par des travailleurs forcés de l'Organisation Todt (Dannes-Camiers et Les Mazures). A condition d'éviter des actions trop voyantes et susceptibles d'attirer des "sympathies" aux victimes juives !  

Le 24, les déportés ainsi triés pour revenir en Belgique, doivent monter dans un train à Revin. Ils seront convoyés jusqu'à la Kazerne Dossin de Malines. Soit le Sammellager du pays. Ceux des Mazures n'auront pas le temps d'être enregistrés dans ce camp de rassemblement. En effet, le convoi XIV-XV part aussitôt pour Auschwitz. Eux sont intégrés au XV. Ils figureront donc sur sa liste, ce qui permit au cours des recherches de suivre leurs pauvres traces.

- Nuit du 4-5 janvier 1944, encore un appel mais pour précéder la fermeture du camp. Les déportés sont conduits à la gare de Charleville pour un convoi vers Drancy, avant le 66 à destination d'Auschwitz.

Leurs destins individuels, du moins tels que les recherches permettent de les retracer, sont résumés sur 6 pages de ce blog : "Liste alphabétique des déportés des Mazures".

Voici donc venue la date anniversaire de ce tri des 23-24 octobre 1942.

 

La pierre du souvenir aux Mazures : octobre 2006

 

Deux rescapés témoignèrent après guerre : Vital LIEBERMAN

- "Transport pour Malines à la Caserne Dossin : en la nuit du 23.10.1942, évacuation des détenus. A l'exception : de ceux qui avaient la nationalité belge, mariés à des femmes aryennes, du médecin : LANDMAN Zacharie, du bottier : LEBOWIC Ignace et de son fils Joseph."

"Rapport Camp des Mazures", 1970, Service des Victimes de la Guerre à Bruxelles.

et Nathan SZUSTER :

- "Certaines personnes ont été transférées à Malines (caserne Dossin), notamment les Israélites de nationalité étrangère, dont mon frère, entre autres, qui était Polonais...Cette nuit-là, on nous a effectivement rassemblés puis séparés de manière que les Belges et les maris des femmes aryennes puissent rester dans le camp. Plus de la moitié, donc plus de 100 personnes, ont donc été transférées vers Malines (entre autres Polonais, apatrides, Autrichiens, Hollandais etc.)".

Témoignage recueilli à Blankenberghe, 22 octobre 2003.

 

Une évasion marquera ce transfert Les Mazures - Revin - Bruxelles - Malines : celle de Meyer KLEIN.

A défaut à l'époque de liaison ferroviaire directe à Bruxelles, les ex-Mazurois furent descendus en gare de Schaerbeek. Meyer Klein en profita pour prendre ses jambes à son cou. Hélas, ce même 24 octobre, il devait être repris à temps pour se retrouver dans le convoi XV à Malines. Il en portera le n° 11. Matricule 70 468 à Auschwitz, il se trouva détaché au kommando de la mine de Jawischowitz (lire pages 84 à 86). Laissé moribond lors de la fuite des nazis face à l'arrivée des troupes soviétiques à Auschwitz, des "femmes-médecins russes" le sauvèrent. (Témoignage TR 102 805, SVG, Bx). Meyer Klein fut rapatrié le 7 septembre 1945.

 

 

 

 

 Automne 2006

 

Publié dans Déportés

Commenter cet article