P. 137. Quand des jeunes prennent le relais...

Publié le par Jean-Emile Andreux

Après le Mémorial de la Shoah à Paris puis la découverte d'Auschwitz-Birkenau, la 1ère Littéraire du Lycée St-Rémi poursuit son travail de mémoire avec le Judenlager des Mazures.

 

Dans l'ordre chronologique :

le Lycée Jean Moulin de Revin (une classe), puis le Lycée Sévigné de Charleville-Mézières (trois classes, à la Bibliothèque centrale de la Ville), ensuite le CFA des Ardennes (cinq conférences, page du 26 février 2006 sur ce blog) et enfin l'Institut technique de la Communauté française H. Maus de Namur (six classes, pages du 24 février et du 6 mars 2006 de ce blog),

avaient déjà inscrit des conférences sur les Mazures dans leur programme pédagogique.

 

Le Lycée Saint-Rémi de Charleville-Mézières vient de leur succéder. Pour un authentique travail de mémoire qui ne manque ni d'envergure ni de rigueur. Celui-ci est porté par les élèves de 1ère Littéraire qui, pour ce blog, le décrivent dans ses grandes lignes.

 

 La 1ère Littéraire du Lycée St-Rémi de Charleville-Mézières (photo JEA)

 

- "La classe de Première Littéraire du Lycée Saint-Rémi de Charleville-Mézières a accueilli Monsieur Jean-Emile Andreux dans le cadre d'un travail sur la Shoah . Notre projet a été retenu par la commission du Rectorat de Reims et le Mémorial de la Shoah, qui nous a permis de nous rendre au Mémorial de Paris le 31 janvier ainsi que sur le site d'Auschwitz le 8 février.

Nous avons engagé notre travail de recherche et de réflexion début novembre 2006 autour d'une problématique forte :

« Comment dire l'indicible et surtout comment un jeune peut-il le dire à son tour à d'autres jeunes, avec son propre langage ?»

Nous menons nos activités en interdisciplinarité : histoire, français et audiovisuel .

Ce 12 avril 2007, Monsieur Andreux est venu nous présenter l'état de ses recherches sur le Judenlager des Mazures, antichambre ardennaise d'Auschwitz pour des Juifs déportés d'Anvers.

Son exposé nous a impressionnés et touchés, il a sorti de l'oubli et de l'anonymat, à ce jour, 288 victimes de la politique génocidaire des nazis. L'équipe Audiovisuelle a été accueillie au domicile de Monsieur Andreux afin de réaliser son interview, elle s'est ensuite rendue sur le lieu des sinistres événements.

L'effacement de tout vestige du Judenlager aux Mazures montre à quel point la transmission de la mémoire est plus que jamais impérieuse.

Nous vous communiquerons bientôt le fruit de notre travail.

(S) La 1ère Littéraire"

Concrètement, ces jeunes "Lettrés", ont donc tracé un itinéraire singulier. Leur démarche les a conduits du Mémorial à Paris - persécution et déportation des juifs de France - à Auschwitz lieu de mise en application systématique de la "solution finale"... pour revenir dans leurs Ardennes et s'y attacher à l'étude du seul Judenlager de l'histoire départementale et régionale.

Plus de 60 documents originaux leur ont été projetés pour concrétiser et la démarche adoptée au cours des recherches et leurs résultats toujours perfectibles. Soit deux heures de cours au long desquelles ces jeunes gens ont montré un intérêt sans faiblesse. Et leur attention ne s'est nullement relâchée au cours du débat qui prolongea cette matinée, que du contraire.

Ensuite, leur équipe audiovisuelle a enregistré deux séquences. L'une au Rouge Ventre où est rassemblée la majorité des archives portant sur l'histoire des déportés des Mazures. L'autre sur le site même du Judenlager. Ainsi que les 1ères Lettres le confirment en conclusion de leur communication, un bref document vidéo devrait marquer une première étape dans leur travail de mémoire. Travail qui serait amplifié l'année scolaire prochaine par un support vidéo plus fourni, par l'accueil de l'exposition de la Bibliothèque centrale sur les Mazures et d'autres initatives complémentaires s'inscrivant dans la volonté de ces jeunes de pouvoir transmettre à leur tour "l'indicible"...

Enfin, une délégation de cette classe, accompagnée de ses professeurs d'Histoire et de Lettres ainsi que du Directeur de St-Rémi, sera présente à la cérémonie d'hommage aux trois Justes parmi les Nations :  Emile Fontaine, Annette et Camille Pierron, qui est prévue au Sénat le 9 juillet à 19h. 

 

Publié dans Conférences

Commenter cet article