P. 160. "La liste de Saint-Cyprien"

Publié le par Jean-Emile Andreux

 

"L'odyssée de plusieurs milliers de Juifs expulsés le 10 mai 1940 par les autorités belges vers des camps d'internement du Sud de la France, antichambre des camps d'extermination."

une étude de Marcel Bervoets aux Editions Alice

 

Illustration de la couverture : mai 1941, Camp de Pithiviers, enregistrement de Juifs étrangers raflés à Paris.

 

 

Extrait de l'introduction :


"Peu après avoir quitté Perpignan, ma mère a insisté faire un détour par le village de Saint-Cyprien. Sans chercher à comprendre le but de cette escapade impromptue, j'ai accédé à sa demande et nous nous sommes arrêtés dans ce village sans charme aux maisonnettes désespérément banales, perdu au bord de la mer. Comme nous déambulions déjà depuis une demi-heure sans but apparent, j'ai fini par imaginer que ma mère s'était soudainement éprise de la plage, qui me paraissait pourtant sans intérêt. S'apprêtant à remonter en voiture et visiblement déçue de sa promenade, elle s'est alors tournée vers le vide, lançant, dépitée : « Et pourtant, ici, il y avait bien un camp ! ». Sur le coup, cette exclamation m'a paru incongrue ; je ne trouvais pas le moindre élément rationnel me permettant de saisir le sens qu'il convenait de lui donner, encore moins d'en comprendre la raison.
Elle n'ajouta pas un mot."


 

Présentation :

 

"Tout a commencé le jour où l'auteur, Marcel Bervoets, découvre que son père, Hans Tragholz, qu'il n'a pas connu, est mort à Buchenwald en 1945. Jusque-là, rien que de très « commun » : un cas parmi six millions de juifs morts en déportation.
Mais son expulsion de Belgique n'est pas, au départ, le fait du régime répressif nazi qui s'y instaurera. Si, le 10 mai 1940, le jour de l'offensive éclair des troupes de Hitler, Hans Tragholz, réfugié autrichien, a bien été « déporté » vers le sud de la France, ce le fut par les autorités de son pays d'accueil.
Et son « cas » est loin d'être unique : plus de 8 000 juifs réfugiés en Belgique - dont 4 419 auraient été identifiés - auront subi le même sort.


Un silence de plomb recouvre depuis lors cet épisode particulièrement sombre.
Marcel Bervoets veut comprendre ce qui s'est réellement passé. Quelles circonstances, quelles raisons - d'État ou autres - ont conduit son père et ses compagnons d'infortune dans les villages de Saint-Cyprien et Argelès-sur-Mer, près de Perpignan, au camp d'internement de Gurs, dans le Béarn, et, au-delà, pour beaucoup, sur le chemin de la mort.


L'auteur a mené avec obstination sa propre enquête pendant plus de deux ans. Le résultat, documents et preuves à l'appui, est implacable, accablant. Et bouleversant. Car La liste de Saint-Cyprien raconte le destin tragique de ces milliers d?individus, victimes de la vilenie des hommes."

 

Evaluations :

 

- Serge Klarsfeld : "Vous avez beaucoup travaillé et cette liste sera fort utile. Le lien avec la Belgique est très bien établi. Une monographie sur Saint-Cyprien s'imposait, vous l'avez faite. Bravo et bien cordialement."

- "La Semaine du Roussillon" : "C'est un document exceptionnel, par sa qualité d'écriture et par la minutie du travail de recherche. Un document exceptionnel qu'il faut lire pour que des milliers d'êtres humains, victimes de la vilenie dont peuvent être capables d'autres hommes, ne soient pas condamnés à l'oubli."

- Claude Laharie : "Cet ouvrage devient d'emblée le texte de référence sur le sujet. L'étude est menée avec précision et minutie, accompagnée de nombreux fac-similés et d'innombrables témoignages. L'auteur a le souci permanent de resituer les faits dans leur contexte, ce qui confère à cette étude une dimension qui dépasse largement son titre. Un remarquable ouvrage qui trouve naturellement sa place dans la bibliothèque de tous ceux qui s'intéressent au sujet." (in "Gurs, souvenez-vous")

 

 

Lien :

 http://www.alice-editions.be

 

Publié dans Bibliothèque

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article