P. 206. Janvier 1944

Publié le par Jean-Emile Andreux



Aux Mazures, le mois de janvier 1944 s'ouvre sur un recensement des "Israélites"...

Les jours du Judenlager sont comptés. Et la fermeture de ce camp de travail forcé va s'accomplir dans le contexte des rafles qui, dans les Ardennes de France, vont marquer la volonté nazie d'appliquer sa "solution finale".

Pour préparer les rafles et les envois vers Drancy, les autorités d'occupation font dresser, municipalité par municipalité, une "LISTE NOMINATIVE des ressortissants de CONFESSION ISRAELITE résidant dans la commune à la date du 1er JANVIER 1944 (y compris ceux employés par les Autorités d'occupation)."

Sont ciblés : les juifs ardennais ou réfugiés dans les Ardennes, ceux provenant de Paris et de sa périphérie pour les colonies agricoles de la WOL et enfin, les derniers déportés du Judenlager des Mazures.


Liste dressée par la "Commune des Mazures, Canton de Renwez" (ADA/1W33)


Comme précisé à la plume sur ce document qui figure aux archives départementales des Ardennes : "Ci-joint la liste des Juifs enfermés au camp des Mazures. Ce sont les seuls renseignements qui nous ont été fournis par la Direction du camp."
Comme toutes celles des Ardennes, cette liste part de la Mairie pour la Police des Etrangers, à la Préfecture de Mézières.

Aux Mazures, seuls donc seuls comptabilisés les juifs du Judenlager.

Ils sont encore 34 Anversois dont les noms furent retranscrits pour les nazis :

ARON (Léopold)     

HERSCHOWITZ (Jules)       

RAPPEPORT (Jules)          

RODRIGUEZ (Josef)           

LETZTER J. (Jessaie)  

et  Ch. (Charches)           

KEYZER  (Léon)               

REICHER (Henri)             

SCHAMIS (Jacob)       

VADANO (Gaston)            

CASSERES (Abraham)      

KOHN (Jacob)          

PERETZ (Josef)        

LANDMANN (Zacharias)       

HELFGOTT (Abraham)        

HAKKER (Jonas)              

PAUR (Elie)            

VAN LOGGEM (Salomon)       

KOGEL S. (Salomon)   

et   Ch. (Charles)                

LEMER (Salomon)       

VAZ DIAZ (David)             

GRUN (Henri)         

SCHUSTER (SZUSTER Nathan)        

LIEBERMAN (Vital)         

LIWCHITZ (Jacob)            

STOCKFEDER (David)                

LEBOVIC I. (Ignace)           

             M. (Michaël)       

LOONSTYN I. (Isaac)        

                L. (Lodewijk)     

ZALZBERG  (Herman)              

STELZER (Samuel)

ZASKY (Arthur)

Les mentions en italique ne sont pas portées sur le document original. Nous les avons ajoutées pour éviter des confusions entre les noms.

Et les autres juifs du camp des Mazures ? Ils ont été renvoyés en Belgique, vers Malines, pour le convoi XV vers Auschwitz. Leurs noms sont retranscrits sur la liste de ce convoi (et leurs numéros individuels sont relevés dans le "Mémorial des déportés du Judenlager des Mazures" publié par TSAFON en octobre dernier.

Ou ils ont réussi à s'évader. Les preuves de leur envoi forcé d'Anvers aux Mazures ne posent plus question. Ils n'ont pas subi de transfert sur Malines pour Auschwitz (car absents de tous les convois). Ils ne sont plus déclarés par la "Direction du camp" à la date du 1er janvier 1944... Parce qu'ils s'échappèrent malgré les barbelés et les gardiens SS ainsi que OT du camp. Hélas certains perdirent la vie au cours de leur évasion mais au moins en hommes libres... 

Pour rappel, ils s'appelaient :            

KEYZER André, évadé le 7 juin 1943, capturé et fusillé à Dinant le 29 octobre 1943.   

KOGANOVITSCH Aron , évadé le 7 juin 1943, repris sous une fausse identité le 18 mars 1944 à Jenneville, dé porté à Essen Lintdorf, de nouveau évadé le 10 avril 1945. 

SPRINGER Siegfried, évadé le 18 novembre 1943, retombé aux mains des Allemands à Charleville le 13 mars 1944, libéré du camp de  Krefeld le 4 mars 1945.           

SUSSKIND Henry, évadé le 7 juin 1943, emprisonné à St-Gilles le 30 octobre 1943 puis mis derrière les barreaux de Charleroi le 3 janvier 1944, fusillé à Charleroi  le 25 janvier 1944.  

THURSCH Jan, évadé vers la Suisse le 3 décembre 1942.             

THURSCH Léon, évadé le 8 février 1943 avec  l'aide essentielle de Marguerite Henon, Mazuroise.

WEINIGER Jacques, évadé à une date inconnue mais encore en vie à la libération d'Anvers.



De g. à dr. : J. Koganovitsch, M. Pierard, H. Suskind et A. Keyzer. Photo prise à Revin chez le maréchal-ferrant où les trois Anversois sont détachés du Judenlager à la demande de la NSKK. Tous trois s'évaderont le 7 juin 1943... (Photo : arch. Koganovitsch).






Publié dans Déportés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article