P. 154. Semi-liberté pour Erich Priebke !?!

Publié le par Jean-Emile Andreux

Touché par l'âge ou pas, un criminel de guerre reste un criminel de guerre...

 

 

 

18 juin : Erich Priebke dans Rome sur le scooter de son avocat

illustration qui déclencha le scandale sur Sky TG 24

 

 

Le 23 mars 1944, une bombe posée par des résistants éclate via Rasella à Rome. Au passage, elle tue 33 SS (un autre décèdera de ses blessures le lendemain).

En représailles, le 24 mars, les occupants décident de passer par les armes et le jour même au moins 10 Italiens par SS ayant perdu la vie. Il en résultera le plus lourd massacre collectif de la dernière guerre dans la péninsule : 335 victimes. Ellles furent extraites des prisons Via Tasso et Regina Coeli plus 75 juifs arrêtés en prévision des convois vers Auschwitz. Ces hommes sont exécutés par groupes de 5 dans les carrières des fosses Ardéatines près de la Via Adreatina. Les SS obéissent à Herbert Kappler dont l'adjoint a pour nom Erich Priebke.

 

 Erich Priebke, avant l'effondrement du IIIe Reich (DR)

 

1947, l' obersturmbannführer SS responsable de ce massacre, Herbert Kappler, est remis par les Anglais aux autorités italiennes qui avaient lancé un avis de recherche. Il est condamné à la prison à vie.

1977, Herbert Kappler se sauve d'un hôpital romain, gagne l'Allemagne et y décède l'année suivante.

1994, l'adjoint de Kappler, le SS Erich Priebke, est arrêté en Argentine.

1995, Erich Priebke est extradé vers l'Italie.

1998, Priebke est condamné à perpétuité pour "pluri-homicide aggravé de cruauté et avec préméditation". Au cours du procès, il a seulement reconnu avoir participé au regroupement des victimes et n'en avoir abattu que deux.

1999, ce criminel de guerre parvient à ne plus devoir purger sa peine... qu'à son domicile (un appartement de son avocat) et ce, pour raisons de santé liées à son âge !

18 Juin 2007, la justice militaire dont il relève, l'autorise à des sorties quotidiennes pour des travaux d'écriture et de traduction principalement au cabinet de son avocat.

19 juin, après une seule journée de cette liberté retrouvée, la permission de sortie est suspendue suite aux réactions indignées qui s'accumulaient.

 

Réactions :

 

- Renzo Gattegna, président de l'"Union des communautés juives en Italie" :

"La communauté juive est surprise par cette mesure de clémence... Une telle mesure contredit la nécessité de fermeté contre ce type de crime dont la gravité ne doit pas être atténuée par le passage du temps... Priebke n'avait eu aucune pitié pour ces victimes innocentes".

 

- Le ministre italien de la Justice, Clemente Mastella :

"Si je faisais partie de la communauté juive, je ne serais pas content, et en tant que citoyen italien je suis perplexe".

 

- Massimo Rendina, président de l'"Association nationale des partisans d'Italie" :

"Nous condamnons cette décision judiciaire... Cette décision est d'autant plus surprenante que l'avocat de Priebke avait récemment réclamé la remise en liberté totale de son client au motif qu'il était malade. Aujourd'hui, le même avocat obtient qu'il puisse travailler chaque jour, c'est incompréhensible".

 

- La présidente de l'"Association des familles des fosses Ardéatines", Rosetta Stame :

"On se moque de nous, et, encore pire, on se moque des morts".

 

- Tullia Zevi, ancienne présidente de la communauté juive de Rome :

"Il ne peut y avoir une ombre d'absolution ou de pardon... Le délit a été commis et le châtiment infligé... Aujourdh'ui, Priebke a 93 ans : à ce stade, c'est un débris qui n'est pas en mesure de tuer une mouche. Notre mémoire est sa condamnation."

 

- Efraim Zurro, directeur du bureau israélien du Centre Simon Wiesenthal :

Cette décision de la justice italienne "insulte la famille et les amis de ceux qui ont été tués par Priebke et ses cohortes ... Le passage du temps ne diminue en aucune façon la culpabilité de ceux qui ont perpétré l'Holocauste et les gens comme lui, qui n'ont eu aucune pitié pour leurs victimes, ne méritent eux-mêmes aucune compassion".

 

Echos dans la presse francophone : La Croix, La Libre Belgique, Le Monde, Le Nouvel Observateur, Libération (cette liste n'est pas limitative).

 

 

Publié dans Actualités

Commenter cet article