P. 96. Au secours des Juifs de la WOL en Ardennes

Publié le par Jean-Emile Andreux

Christine DOLLARD-LEPLOMB publie aux Editions Terres Ardennaises : "Sauveteurs d'étoiles en Ardennes".

Ce blog tente de restituer une mémoire qui se perdait (quand elle n'était pas niée) : celle de l'unique Judenlager de Champagne-Ardenne. Cette histoire s'inscrit dans une occupation des Ardennes de France qui fut également marquée par l'instauration par l'occupant de colonies agricoles. Celles-ci dépendaient de la WOL, soit de la Wirtsaftoberleitung, Direction générale de l'agriculture.

Concrètement, 383 communes ardennaises sur 503 se retrouvèrent ainsi frappées. Par la confiscation de 110.000 hectares volés à près 2.500 propriétaires. En plus de ces terres, du matériel et du cheptel, La WOL avait besoin d'une main d'oeuvre taillable et corvéable à merci, pour reprendre une image moyenâgeuse. En conséquence, et si l'on s'en réfère aux chiffres d'octobre 1943, les Allemands mirent au travail sur ces colonies agricoles12.280 personnes dont 2.594 prisonniers mis en congé de captivité, 4.010 civils français, 4.839 polonais, 298 belges mais aussi des Juifs (de Paris et de sa périphérie).

Nombre de ces Juifs de la WOL furent raflés dans ces colonies agricoles ardennaises pour le convoi du 5 janvier 1944 partant de Charleville pour Drancy. Avec les derniers Juifs du Judenlager des Mazures.

En complément du site "Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation 08" - repris dans nos liens -, Christine DOLLARD-LEPLOMB consacre à ces Juifs de la WOL un volume passionnant :

 

 

Quatrième de couverture :

"Un gros camion allemand s'arrête devant la maison ... Je crois que je respire mal .C?est Henri qui arrive . Pourquoi il part sans rien me dire ? Non , je ne veux pas . Non , pas Henri . Je suis certaine qu?il n?a rien fait de mal ... Mais qu?est-ce qu?il y a dans ma tête qui me fait si mal ? Est-ce que je crie ? est-ce que je rêve ? Alors vite, Jésus ! fais-moi un rêve à l?envers...

?C?est fini . Le camion est parti . C?est le silence sur toute la terre . Je sens un plus jamais autour de moi . Je suis une toute petite fourmi presque écrasée."

Voilà comment Bernadette Ducloux , alors adolescente après-guerre , décrit la rafle des Juifs et l'enlèvement de son camarade d'école Henri Pitkowski , 9 ans , déporté de Beaumont-en-Argonne le 4 Janvier 1944 , puis gazé à son arrivée à Auschwitz .

C'est le sort auquel les « Justes » des Ardennes ont soustrait environ 110 Juifs ce jour-là , parmi les ouvriers agricoles de la WOL encore présents, au nombre d'environ 340.

Ils l'ont fait au péril de leur vie .Cela méritait d'être raconté, car "citer , c'est ressusciter", comme le dit un proverbe kabyle.

L'un des miraculés dit en 1945 :"Et si l'humanité n'est pas bien belle en ce siècle , il y a des exceptions qui sont à honorer ..." (Simon Krajcer , 42 ans à Bulson) .

Par cette phrase , il exprime exactement la raison d'être de ce livre .

Un autre dit en 2006 : "De cette période 1940-1944, je garde comme une lueur dans la nuit le souvenir de la population des Ardennes, de son sens de l?accueil et de l?hospitalité, de sa discrétion..." (David Dawidowicz , 20 ans à Fraillicourt)

Ce livre vous invite à découvrir comment les Justes des Ardennes ont fait briller l'étoile à leur façon."

Un volume de 128 pages. 50 photos.

Prix : 12 Euros.

Editions Terres Ardennaises, 6 rue des Sources, à F 08000 Charleville-Mézières.

 

Publié dans Bibliothèque

Commenter cet article