P. 185. La Terminale littéraire de St-Remi et les 3 Justes de l'histoire des Mazures

Publié le par Jean-Emile Andreux


Quand des jeunes persistent et signent leur travail de mémoire...


Le 23 octobre 2007 : la Terminale littéraire du Lycée St-Remi de Charleville-Mézières


Sur la page 137 de ce blog se trouve annoncé le projet pédagogique élaboré en 2006-2007 par la Première littéraire du Lycée St-Remi, avec leurs professeurs d'Histoire-Géographie : M. Pascal Sabourin (coordinateur) et de Français-Littérature, M. Francis Pigeot (chargé de plus de l'option Audiovisuel).

Ce projet comportait trois volets :

- se documenter ;
- se confronter aux témoignages, aux évocations qui ont tenté de "dire l'indicible" ;
- dire et transmettre.

Concrètement, ces jeunes ont tenu à découvrir l'exposition "Roman Vishniac. Un monde disparu" au Musée d'Art et d'histoire du Judaïsme avant  de parcourir avec attention et gravité le Mémorial de la Shoah à Paris.

Puis ils sont partis pour Auschwitz :

- "C'est une expérience difficile, mais il me fallait y aller, me rendre compte par moi-même. Tous les films, toutes les photos ne peuvent communiquer la démesure d'une telle folie humaine..." (Bastien).

- "Même si je savais où j'allais et que je connaissais un peu l'histoire, être là-bas, ce n'est jamais la même chose. On y ressent un silence funèbre, comme si on allait à l'enterrement de millions de personnes en même temps, mais ici ces personnes n'ont pas de tombe. Ne jamais oublier tout ce qui s'est passé là-bas, transmetrte l'expérience que nous y avons vécu, et surtout rappeler à tous que cette histoire ne doit jamais se répéter." (Maria-Fernanda).

Un remarquable CD intitulé : "Jüdische Chronik" témoigne de cette découverte d'Auschwitz. La confrontation frontale entre de jeunes regards nullement saturés ni indifférents et les traces des aboutissements de la "solution finale"...

Enfin, en 74 pages, ils ont rassemblé un "Dossier pédagogique" :




Les fiches pédagogiques sont réparties entre trois séries :

- De l'exclusion à l'extermination
1. L'antisémitisme.
2. L'univers concentrationnaire nazi.
3. Le complexe d'Auschwitz.
4. Camps et exploitation économique.
5. IG Farben et Auschwitz.
6. Aux origines de la "solution finale".
7. La Conférence de Wannsee.
8. Les Einsatzgruppen : l'extermination par balles.
9. Exterminer en masse.
10. Résister.

- La France et la Shoah
1. Vichy au service de la Shoah.
2. Chronique de la persécution des Juifs en France (1940-1944).
3. Le transport des déportés.
4. Le système concentrationnaire français (1939-1944).
5. Les principaux camps d'internement juifs en France.
6. Drancy antichambre française d'Auschwitz.
7. Le Struthof, "Dachau alsacien".
8. Le Judenlager des Mazures, antichambre ardennaise d'Auschwitz.

- Dire l'indicible
1. Les mots de la Shoah.
2. Raconter l'inimaginable. Invitation à la lecture.
3. Montrer la Shoah à l'écran ?
4. Nuit et brouillard d'Alain Resnais.
5. Shoah de Claude Lanzmann.
6. De Nuremberg à Nuremberg de Frédéric Rossif.
7. Témoigner par la B. D. : Maus d'Art Spiegelman.
8. Judische Chronik.
9. La Shoah dans les dictionnaires français.
10. Les mémoriaux de la Shoah.

A lui seul, ce sommaire atteste de la rigueur et de l'étendue du travail de mémoire auquel se sont attachés avec force et sagesse ces jeunes littéraires ! Ce document peut être demandé à l'ensemble scolaire Saint-Remi, place W. Churchill à Charleville-Mézières.

Mais les voici en Terminale. Aucunement blasés mais au contraire toujours aussi enthousiastes et lucides. Ce 23 octobre, ils ont suivi une conférence-projection sur l'histoire indissociable du Judenlager des Mazures et celle des Trois Justes parmi les Nations : Emile Fontaine, Annette et Camille Pierron ayant sauvé des évadés du camp.

Cette classe participera donc en pleine connaissance de cause à la cérémonie du 3 décembre organisée par le Comité français pour Yad Vashem à  l'Assemblée nationale.

En reconnaissance de leurs propres initiatives pédagogiques sur la Shoah et incluant la mémoire du Judenlager des Mazures ainsi que de ses déportés, le Centre de Formation pour Apprentis des Ardennes et le Lycée Sévigné reçurent également la proposition de vivre à Paris cette cérémonie du 3 décembre. Hélas, des raisons matérielles ont fait obstacle à cet espoir de rassembler à cette occasion des jeunes Ardennais venus certes d'horizons différents mais tous motivés par un même idéal : savoir pour porter à leur tour une mémoire aussi douloureuse qu'indispensable !



Publié dans Conférences

Commenter cet article