P. 65. De la profanation d'Anderlecht à une exposition colossale

Publié le par Jean-Emile Andreux

Arno Breker et ses sculptures gonflées aux hormones nazies

 

La profanation d'Anderlecht est donc restée ignorée en France. Ce ne sont pas les tentatives d'éveiller "Le Monde", "Libération" et "Le Nouvel Observateur" qui firent défaut. Las, en vain... Tandis que dans le Royaume se poursuivaient les amalgames et les confusions à propos de la profanation du Mémorial des martyrs juifs à Anderlecht. Protéger et laisser en paix les plus de 25.000 victimes de la Shoah : d'aucuns l'ont oublié pour tenter de mélanger les cendres de 40-45 avec les fureurs actuelles de la guerre au Moyen-Orient. D'où cette déclaration de l'Union des déportés juifs de Belgique - Filles et fils de déportés :

- "L'Union demande à tout un chacun d'éviter de procéder à des déclarations qui risquent d'être interprétées comme des amalgames et de mener à l'importation du conflit proche-oriental en Belgique."

Prétendre expliquer et/ou excuser des agressions sur les ombres d'un génocide par la politique actuelle d'Israël... revient à rendre ces victimes coupables des actes d'un Etat dont ils n'ont même pas vu le jour, massacrés comme ils le furent bien auparavant dans ce qui devait être une "solution finale" !!! Par ailleurs, d'autres s'obstinent à nier sans preuves l'antisémitisme de cette profanation. La police se situe en première ligne des négateurs. Ou elle se trompe comme voici peu  avec les meurtriers de Joe Van Holsbeeck qu'elle affirma Nords-Africains alors qu'ils sont Polonais. Ou alors les auteurs et les faits lui seraient connus. Du moins assez que pour se prononcer. Qu'attend-elle pour agir ? Sinon, comment ne point y voir une volonté de désamorcer un scandale en se voilant les yeux ???

Une suggestion aux auteurs de cette profanation : qu'ils aillent se défouler et s'extasier dans les murs de la Maison publique du Schleswig-Holstein à Schwerin. Jusqu'en octobre, s'y déroule la première exposition officielle depuis 1945 de sculptures signées Arno Breker. Chaque dictature a besoin de son "art" officiel, miroir de ses enflures. Avec des mercenaires pour illustrer et glorifier son pouvoir absolu. Sous le IIIe Reich et la mégalomanie hitlérienne, la sculpture fut dopée aux hormones d'Arno Breker. Et promise à une postérité glorieuse qui devait se prolonger sur mille ans au minimum.

Pour rappel, voilà ce que donnait ce boddy building à la mode nazie :

 

 

Né en 1900, Arno Breker est mort en 1991, ce qui semblerait  indiquer que le cirage des bottes dictatoriales ne nuit pas à la santé et n'use pas prématurément. Le chouchou du chancelier Hitler ne fut nullement inquiété après guerre. La collaboration-compromission intellectuelle sait se trouver des excuses et des protections (mais ce n'est rien à côté des collaborations économiques).

Une dernière photo pour illustrer combien Arno Breker savait se montrer en bonne compagnie :

 

De gauche à droite : Speer, l'architecte par excellence du monumental à croix gammée. Il porte l'uniforme (ça dit tout). Hitler, que le photographe a placé volontairement ou non avec une tour Eiffel le prolongeant en symbole triomphant. Breker, le sculpteur harnaché comme s'il allait ensuite fêter l'occupation de Paris par un saut de joie depuis le premier étage de la tour...

Vous voudrez bien excuser quelques phrases qui se confirment être la politesse d'un certain désespoir. Et après la profanation. Et après le retour - sous forme d'ex-position - d'un IIIe Reich barbare et génocidaire.

A consulter : sur le Blog de Pierre Assouline, http://passouline.blog.lemonde.fr/livres/, la liste de Breker.

 

Commenter cet article

Dorothea 15/06/2007 10:05

Bonjour
je viens de visiter le memorial à Anderlecht il y a trois jours - venant de l'etranger je n'avais pas d'information en vu de la devastation du site.
Le memorial se trouve toujours dans le même êtat qu'en Juillet 2006, portes et crypte cassées, tout sali, dégradé, abandonné, les mauvaises herbes poussant partout; les gens du quartier y balancent sur les murs, deposent leurs déchets de menage...J'ai passé une bonne heure à ramasser des dechets dans l'integral du memorial, mais, clairement, cela ne change rien.
L'etat du memorial aussi que le fait que ne rien a été fait pendant presqu'une année - c'est absolument insupportable et je souhaite soutenir toute initiative - ou bien en lancer une qui a pour but de redonner la dignité et le respect à ce lieu de commemoration et d'alerte.
Faut agir !
Cordialement, Dorothea
 
 
 

Jean-Emile Andreux 15/06/2007 10:20

Merci pour votre commentaire qui souligne très dignement et très justement que le Mémorial d'Anderlecht ne peut rester dans l'état de dégradation où l'ont mis des vandales antisémites. Et maheureusement, dès que des atteintes sont portées à un monument, il en résulte comme un effet d'entraînement si des mesures de réparation et de protection ne sont pas prises sans tarder.
Votre message d'alerte et votre appel seront retransmis dans la mesure de nos moyens.
J-E Andreux

Marie 06/08/2006 11:31

J'ai trouvé l'adresse de votre site sur le blog d'Assouline. Ca sert de participer aux conversations de salon avec les m'as-tu-vu(s) qui s'expriment sur ce blog !Bravo d'abord pour votre courage. Eh oui, les medias pèchent aussi "par omission", surtout en ce moment !Comme je l'ai déjà dit dans un autre commentaire sur votre blog, je suis effarée par l'antisémitisme qui s'exprime à l'occasion de tous les événements qui impliquent des juifs, que ce soit la juridiction Lipietz ou le conflit qui oppose Israël au Hezbollah. Même de la part des gentils blogueurs qui viennent poster des commentaires sur mon bien modeste blog !